L'esprit Coubertin

Publié le par Maxime Pinot

La compétition vit un nouveau moment critique. Dans un sport médiatisé, l'odeur du sang et du scandale aurait déjà attiré les médias tels des vautours tournoyants autour d'une carcasse, les unes titrant « scandale... » (et vous mettrez ce que vous voudrez derrière). Et ils auraient raison, car ce qu'il se passe ici à Governador est un scandale, et la carcasse appétissante est celle de l'esprit Coubertin.

Suite à la vérification des voiles, il s'avère qu'une marque a construit une voile bien différente que celle qui a été présentée lors des tests d'homologation. En effet, les pinces du bords de fuite ont été considérablement relâchées (et volontairement relâchées) et les mesures donnent donc 40 centimètres de plus que celle d'Air turquoise. Ce qui, au dire des concepteurs et pilotes test ici, est un véritable exhausteur de performances... Mais avec la certitude que cette voile ne passerait jamais une seule des figures de l'homologation !

Sans parler des élévateurs qui ne sont pas les mêmes que ceux utilisés lors de la procédure EN, ces derniers permettant de tricher plus facilement (le mot est lâché), ce qui a déjà été une première source de tensions au début de la compétition.

Nous volons donc face à des voiles Open Class !

C'est un bras de fer qui s'engage maintenant dont le résultat pourrait changer la face de la compétition. Le constructeur en question va essayer d'exploiter les zones d'ombre de la norme EN, qui ne dit pas clairement, pour caricaturer, que l'on n'a pas le droit de produire une voile différente de celle qui a réussi les tests. Voyez les sommets de bizarreries, à l'image d'un contorsionniste devenu fou, que nous touchons maintenant du bout des plumes...

Et dans tout cela, il reste les pilotes, les premières victimes... Ceux qui ont acheté une voile qui ne rentre pas dans le cahier des charges que la compétition exige aujourd'hui. Ceux qui volent en se battant comme ils peuvent. Tout ceux qui sont maintenant dégoûtés, profondément, par le milieu de la compétition qui s'autodétruit lentement, asphyxié, agonisant.

Si aucune mesure satisfaisante n'est prise, il se pourrait que nombre de pilotes quittent la compétition. Moi y compris.

Pour le moment nos instances ont souvent apporté les mauvaises réponses aux problèmes. Flaubert était clairvoyant, en écrivant l'une des plus belles phrases de la littérature française :

« La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on veut attendrir les étoiles ».

Il serait temps d'attendrir les étoiles.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zorro 27/04/2014 09:52

"Avec la certitude que la voile ne passera pas les tests d'homologation" .... ce sont des certitudes dignes de notre president de la republique ! La dite voile est maintenant certifiee !!!!!

Marion VARNER 09/02/2014 14:25

Bel article. Je suis OK pouir attendrir les étoiles. Mais puisque "Pour le moment nos instances ont souvent apporté les mauvaises réponses aux problèmes", quelles seraient les "mesures satisfaisantes" que tu préconiserais ? Cordialement. Marion.

OZONEGATE 22/01/2014 13:50

Troublant comme déclaration...monter le son... intéressant entre 1,59 et 2.03, presque des aveux ?

http://www.youtube.com/watch?v=gVzEbMyJUQ4&feature=youtube_gdata_player

Alain 21/01/2014 23:38

Selon les mesures de la PWC, les tolérances de la Boom 9 sont de -0,27 %, celle de l'Ip7 pro de 0,57 % et celles de l'Enzo2 de 3 % !
Soit sur l'envergure de 13 à 13,4 m, écart de -36 mm sur Boom 9, +72 mm sur IP7 pro, et +405 mm sur Enzo2 !
http://4.bp.blogspot.com/-t4fO2OIM-5g/Ut5JOGjX_kI/AAAAAAAAB8w/ESPlHQfTZrA/s1600/20140120_130815.jpg

Qu'une voile pâtisse d'un problème de fabrication, OK ; mais que TOUS les exemplaires aient le même défaut, là ça devient difficile de croire au hasard.
Ozone (LA + RO) a certifié par écrit que les Enzo2 de la finale sont conformes à celle testée par Zoller. J'espère pour eux qu'ils disent vrai et ont bétonné leur défense, car au vu des contrôles effectués et des différences de mesures, soit ils sont de piètres fabricants, soit ils sont des vrais tricheurs et dans ce cas il faudra les punir.

CABIAC Jean-louis 21/01/2014 18:33

Je rends hommage à la justesse du propos, on pouvait être beaucoup plus dur !! A quand une "compet" avec la même voile, pour voir "qui" et non "quelle" est le meilleur???