Superfinale: conclusion

Publié le par Maxime Pinot

La Superfinale de Governador Valadarès est terminée. Sur un plan vol pur, neuf manches (sur 10 possibles) cela reste du domaine de l'exceptionnel ! Au dire de tous, le Brésil nous a offert ses plus beaux apparats, avec des conditions finalement assez variées : de généreuses à anémiques.

C'est le plan sportif qui a été catastrophique, n'ayons pas peur de le dire. Je ne m'étendrai pas plus sur le sujet.

J'ai réussi finalement à me remettre dans cette compétition, en grande partie grâce aux personnes qui m'entourent, mes parents, les sœurettes, les copains, le Team.

Et je referme la page avec de belles manches, tantôt en poursuite toute azimut, réussissant des remontées rapides sur la tête. Et une dernière manche, avec le frisson de couper la cylindre des points temps en premier, second de la manche derrière Juju (il faudra qu'on dispute la 3ème manche d'ailleurs !;)), avec de bonnes décisions, n'hésitant pas à me fier à mon instinct et mes choix. Une synthèse en somme de ce que j'avais pu faire de bon tout au long de la quinzaine.

Pour 2014, je porterai donc le numéro 17.

Nous avons déjà migré vers Valle de Bravo. Cette fois tout s'est bien passé, nos bagages sont arrivés en même temps que nous. Je n'ai pas loupé d'avion. Le bonheur !

La température est nettement plus fraîche, ce qui n'est pas déplaisant la nuit. La ville semble bien vivante. La musique, digne des films de Tarantino, emplie les rues bondées de la fin de journée.

Côté vol, le coin semble être un véritable paradis ! Le plus dur reste la montée en taxi, surtout quand le pilote commence à se chauffer avec ses collègues...

Deux vols déjà, un premier tranquille, d'une petite heure et demie, pour se mettre dans le bain.

Et aujourd'hui le début des choses sérieuses avec un entraînement de 80 kms entre Frenchies (pour un peu plus de 4 heures de vol), pour balayer une bonne partie du terrain de jeu. Les conditions étaient ventées, les plafonds entre 3500m et 4000m (pour dire vrai, 3930m... damn!), les thermiques moyens. Il faut dire qu'un bon voile d'altitude mettait du piment dans le parcours (mais moins que dans la bouffe...) ! Avec du soleil, ça promet d'envoyer !

Encore trois jours d'entraînement avant la compète. On va en profiter un max !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article